Selle qui voyage !

Ces dernières semaines, je me suis demandée qu'elles étaient les mots des parents pour expliquer à leurs enfants les barbaries qui, par delà le monde, restent toutes intolérables.
Ces dernières semaines, parfois à bout de souffle d'espérance, je me suis demandée comment croire encore en la beauté du monde, comment croire encore en l'âme humaine.
Il faut pourtant garder les yeux et les oreilles grand ouverts pour voir et entendre, parmi les plus mauvaises, toutes ces innombrables belles nouvelles qui fleurissent par delà le monde.
Il faut aimer ou être aimé ou avoir son jardin d'Eden pour retrouver ce souffle.
Mon jardin d'Eden est fait de toutes ces mains tendues, de tous ces visages chaleureux, ces sourires joyeux, ces portes ouvertes et ces cœurs généreux qui ont fleuri comme le plus merveilleux bouquet, le long de ma route depuis PEKIN jusqu'aux HOUCHES.
Je vous invite à venir découvrir mon diaporama qui retrace ce Voyage à vélo de près de deux années et à travers une vingtaine de pays, lors de sa toute première projection : le SAMEDI 31 JANVIER 2015 - 20h30 - Espace Olca aux Houches.
Je vous remercie de venir nombreux.
A toutes et à tous, en attendant de vous voir bientôt, portez-vous bien.

Karine

 

 

La Selle qui voyage est celle de Drokpa, mon vélo, mais celle qui voyage et pédale, c'est moi et je vous invite à me suivre dans ce nouveau périple qui a commencé le 30 juin 2010 depuis Pékin !..

Cliquez ICI pour découvrir mon parcours .....   → ...  .......  ..


Je m'appelle Karine MEERPOEL et je dois ce nom à un grand-père norvégien. Curieux mélange que ce grand Nord avec un Sud, espagnol par mon autre grand-père ! Parfois je m'amuse à penser que mes origines diverses et lointaines sont aussi celles de cette attirance, très tôt pour les Voyages !
A moins que cela ne soit dû à cette mappemonde offerte par mes parents lorsque j'étais petite !
Avec tant de noms singuliers, ce petit globe m'aura insufflé bien des rêves ! Ils m'ont déjà menée sur de nombreux chemins du monde.

Car c'est à force d'imaginer ces bouts de monde et ceux qui y habitent, avec cette indissociable envie d'aller à leur rencontre, que sont nés mes Voyages.
Et pour découvrir ces lointains ailleurs, j'ai d'abord emprunté tous les types de transports locaux, avant de traverser à pied l'Himalaya indien et le Karakorum pakistanais, pour finalement choisir le vélo comme parfaite monture et fidèle compagnon !

Son nom ? Drokpa, traduction tibétaine pour nomade.
Construit et rendu solide par mon oncle Hervé, il a déjà roulé sur quelques unes
des plus hautes routes et pistes du monde.

Alors, en selle !